LIVRAISON OFFERTE 

Les fondations de Wawilak


​Cela fait des mois que j'ai envie de parler de ceux qui m'ont donné envie de me mettre à la création, d'y rester, de me donner à fond. Je suis sure et certaine qu'il y en a un qui ne se doute pas une seconde qu'il fait parti de cette liste et pourtant, c'est le déclencheur !

Voici les 4 éléments qui font que la couture fait partie de moi maintenant. Le premier a déclenché, le second m'a initié, le troisième m'a "passionné" et le quatrième me soutient.

Mr Guinard

  Mon prof de communication visuelle/graphique et de dessin ou je ne sais plus trop quoi comme intitulé... De 2005 à 2007, le plus génial des profs. Un jeune prof que toutes les nanas (ou presque) idolâtraient. 26ans, jeune, beau, cool, qui faisait peut être un peu trop copain/copain avec les élèves, mais c'était ce qui faisait que tout le monde l'appréciait.

A cette époque, j'avais 17/18ans, et très franchement, la publicité, ce n'était pas mon truc... J'étais loin de mon Jules, de ma famille, j'avais beau avoir de supers copines et même de supers notes, c'était catastrophique à gérer mentalement/émotionnellement.

Au début de ma seconde année au lycée, j'ai compris que je n'enchainerai pas sur le BAC PRO, mais je voulais tout donner pour au moins avoir mon diplôme et ne pas décevoir mes parents qui payaient une fortune l'école/les trajets/l'appart. Si j'avais su que la couture était faite pour moi, j'aurai illico opté pour cette formation, ou demandé de changer de classe dès le départ (évidement si cela avait été possible... vu que le CAP couture floue faisait partie de l'école).

Un énième stage en entreprise (imprimerie, journal, graphisme) nous a été demandé. Impossible de trouver un stage, ni sur Bordeaux ni vers chez moi. C'est alors que Mr GUINARD est intervenu :)
Il m'a orienté vers DDP (marque de prêt à porter), me disant qu'il me voyait bien dans la mode et que ce serait tout à fait ma place. Il a eu du nez... Sauf que le stage était obligatoirement en rapport avec ma formation. Je devais donc vectoriser des illustrations... Fabuleux :S Je n'ai pas donné de ma personne durant "l'entretien" et n'ai donc pas été retenue pour le stage.

​Voila, ce fameux prof, fut mon déclic ! Je savais que je voulais faire autre chose que de la pub, parce que franchement, je ne suis pas une bonne vendeuse et que dans la pub, il faut arriver à embobiner les gens. Je savais que je voulais un travail manuel, parce que je suis une manuelle et ça c'est en moi depuis mon plus jeune âge.

Et voila que la couture a commencé à envahir mes pensées. Il fallait que je trouve quoi faire après le CAP, il me restait très peu de temps pour me décider, annoncer à mes parents que je ne continuerais pas après mon diplôme, trouver un travail/ ou pas, me demander si c'était une bonne idée de me lancer dans la couture...

Tatie Josie

  Franchement, je me demande encore une fois, comment j'ai pu passer à coté de la couture, alors que ma tante en faisait son travail et ma grand mère son passe temps.
Eté 2007, une fois mon CAP de graphiste en poche, me revoilà chez mes parents. J'ai retrouvé ma famille, mon Jules, ma vie d'avant... Je vais mieux.

Ma tatie, c'est elle qui m'a appris les bases. Je me souviens de mes quatre créations avec elle et franchement, je n'en suis pas peu fière. En regardant les finitions aujourd'hui, je rigole, mais franchement, qu'est ce que j'étais heureuse d'avoir cousu ça moi même. C'était génial !
On y a passé quelques soirées d'été et en peu de temps j'ai attrapé le virus
Elle m'a offert mon premier Burda (juillet 2007, je me souviens de la couverture, je l'ai toujours et c'est le seul que je ne donnerai jamais).

J'ai commencé à acheter du tissus, à découper des patrons, à coudre, découdre. Pendant 6 mois j'ai tâtonné.

Marie Antoinette

Je cherchais à me perfectionner, parce que franchement, j'étais loin du savoir faire.
Février 2008, je trouvais Marie Antoinette, costumière. Je me souviens l'avoir contacté par mail, elle cherchait une stagiaire. On s'est rencontré et franchement, je m'attendait à une dame... vieille dame. Elle avait 25ans et vivait dans un château. Elle savait installé l'atelier dans son immense chambre.

J'ai sacrément appris avec elle. Je la rejoignais toutes les matinées. Au début je ne faisais que coudre, les tissus étaient déjà découpés, je n'avais qu'à assembler et piquer.
Bon, très franchement pas mon style, même si à cette époque là, je n'avais pas de style prédéfinit concernant mes créations.

On se pelait au château, et elle a fini par me laissé coudre chez moi, c'est comme ça que j'ai travaillé quelques mois pour elle et sa copine qui tenait une boutique Bordelaise à l'époque, ainsi que pour la confection de costumes de la troupe de Roger Louret. J'étais fière de ce que je cousais, même si ce n'était pas de moi, même si je n'avais pas choisi les tissus...

En suite on a fait nos chemins chacune de notre côté. Elle est maintenant sur Paris et confectionne des robes de mariées :)

Ma famille

Mes parents en particulier. Ils m'ont toujours laissé faire ce que je voulais (de toutes façons, ils savent que je suis une rebelle et que si on me dit "non" je fais quand même), ils ne m'en ont pas voulu que je ne me serve pas vraiment de mes diplômes, m'ont parfois encouragé à trouver un travail en tant que salariée..., m'achètent ou me commandent mes créations pour les porter ou les offrir, m'ont souvent offerts du matériel, sont de meilleurs publicitaires que moi... Je ne serai pas derrière mon ordi à écrire cet article sans eux.