LIVRAISON OFFERTE 
​​vers F​R. Métrop. ​

A bloody friday



Le soleil a fait place au froid ces dernières semaines, et ce n'est pas pour me déplaire, j'ai une sainte horreur de la chaleur (enfin de dégouliner, coller... bref !)Mais j'ai également une sainte horreur de la grisaille du ciel, qui rend les journées tellement tristes.
Et aujourd'hui, c'est une journée bien triste de part son temps pluvieux et sa date !

Hier j'ai tissé ce petit bracelet pour le porter aujourd'hui et tous les autres jours ou j'aurai le coeur lourd en repensant à cet horrible vendredi 13 novembre (je ne suis pourtant pas supersticieuse...).
Je commémore à ma façon.
Je créé, car ça me permets d'évacuer tout ce qui est gris en moi, que je ne montre presque jamais... ça me libère de colorer vos vies et la mienne aussi, j'ai l'impression que ça évacue toutes mes tensions (C'est un peu comme faire du yoga).

Plusieurs sentiments me sont passés au travers les jours/semaines qui ont suivi ces évènements : Tristesse, colère, peur, haine...
Et je suis bien loin d'avoir pu ressentir la souffrance physique et mentale de ce qui l'ont vécu de (trop) près ou d'un peu plus loin, mais je me suis trop souvent imaginé dans plusieurs des "scénarios" que j'ai pu lire (je n'aurais pas du).

J'aurai pu porter les couleurs de la France bien avant, et vous parler bien avant de ce que ce "bloody friday" me fait ressentir, mais si cette dâte me touche autant (et surtout le Bataclan), ce n'est non pas car j'y ai perdu des membres de mon entourage, mais juste car j'ai l'impression que ça aurait pu être nous, Nico et moi. Et mon empathie a pris le dessus plus que jamais. 

Ce fameux vendredi 13, nous avions bouclés nos valises, prèts à partir pour Paris pour assister à un concert qui s'annonçait "so Rock'n'roll", mais à la place de passer du bon temps, j'avais écrit ​cet article. Si nous avions eu plus de temps et d'argent devant/avec nous, ce concert au Bataclan aurait surement fait parti de notre road trip Parisien... Et là, j'ai eu peur !

J'imagine (mais je me trompe peut être) que la plus part de ceux qui se sont retrouvés coincés dans cette salle ensanglantée auraient assisté au même concert que nous trois jours après et qu'on aurait chanté, dansé ensemble. Ils seraient devenus nos amis le temps de quelques heures, du coup, j'ai un peu l'impression d'avoir perdu des copains que je ne connais pourtant pas.

Je reste persuadée qu'un jour le monde sera meilleur. A moi toute seule, je suis bien impuissante et même à nous tous, je ne sais pas ce qu'il est possible d'entreprendre, mais je reste optimiste comme souvent.
Alors, aujourd'hui, je porte fièrement mon bracelet bleu, blanc, rouge aux noms de tous mes copains (si ça se trouve je les aurai détesté dans la vraie vie). Qu'ils furent/fussent ??? entrain de danser, chanter, boire, manger, s'embrasser, se ballader... VIVRE tout simplement !!